Quelques réponses à vos questions

Le RAE est un collectif qui regroupe associations, entreprises et utilisateurs dont la perspective commune s’articule autour de l’assainissement écologique : toilettes sèches, épuration des eaux usées, gestion cyclique des ressources. Pour en savoir plus sur le réseau, cliquez ici.

Installer des toilettes sèches pour un événement requiert de la réflexion et de la préparation… certaines personnes se sont même professionnalisées dans ce type d’activité via une entreprise ou une association.

Tout d’abord, il faudra choisir un type de toilettes sèches (à litière, à séparation) et jauger le nombre de cabines de toilettes, proportionnellement à la fréquentation du lieu et au type d’événement.

Il faudra également se pencher sur la gestion du compost. Le mieux est d’avoir un composteur sur le lieu de l’événement. Néanmoins, la réalité veut que pour des événements éphémères, il ne soit pas possible d’installer un composteur fixe. Pour le cas des toilettes à litière, les vidanges des conteneurs (bacs ou seaux) se font donc dans des réservoirs temporaires de taille importante (type cuve) destinés à être transportés une fois l’événement terminé. Le contenu de ces réservoirs devra donc être remis ultérieurement dans un composteur dédié où le processus de compostage et de maturation pourra se poursuivre.
Si vous n’avez pas de composteur, vous pouvez vous renseigner auprès de la composterie la plus proche de l’événement pour récupérer les matières. Certains agriculteurs acceptent également le compost de toilettes sèches.

Si vous souhaitez faire appel à un professionnel pour votre événement, sachez qu’il existe des associations et des entreprises spécialisées dans la location de toilettes sèches partout en France. Ils proposent installation, maintenance, entretien du matériel et récupération des effluents. Certains sont membres du RAE.

Les Intestinales correspondent à un moment de l’année où les membres du RAE sont invités à se rencontrer. C’est un moment de vie, de partage et de discussions autour de notre problématique commune. C’est aussi l’occasion de faire grandir une communauté engagée et de s’enrichir de l’expérience de chacun. Pour obtenir le compte de rendu des assemblées générales, dirigez-vous ici.

Dans nos sociétés actuelles, le modèle des toilettes à eau est quasiment incontournable. Il reste que le système de traitement des eaux usées par station d’épuration est très coûteux pour les collectivités ainsi que pour le particulier. De plus, il est polluant pour la faune et la flore aquatiques (eutrophisation des cours d’eaux, prolifération d’algues vertes, pollutions bactériologiques, perturbation endocrinienne des poissons…).

Ainsi, l’assainissement écologique propose des solutions pour éviter de salir l’eau potable, prévenir les maladies, protéger l’environnement et fertiliser la terre. Le compost de toilettes sèches peut effectivement être utilisé comme amendement pour le sol.

La vocation de l’assainissement écologique repose également sur l’idée de se ré-approprier un savoir-faire et un savoir-être, de changer notre regard sur les déchets organiques. Responsabiliser l’individu et favoriser l’autonomie sont également des piliers importants de notre engagement.

– Installer des toilettes sèches à la maison n’est pas un choix anodin. Il existe plusieurs types de toilettes sèches. Les plus répandues sont les TLB (toilettes à litière bio-maîtrisée), que l’on peut rencontrer dans les festivals. On ajoute le plus souvent des copeaux ou de la sciure de bois dans un bac prévu pour recevoir les effluents. Elles sont pratiques car simples à fabriquer soi-même mais nécessitent néanmoins une maintenance et une implication pour vidanger sur une aire de compostage dédiée.

D’autres types de toilettes sèches existent, ayant chacune leurs spécificités : les toilettes sèches à séparation (séparation des urines et des matières fécales), les toilettes sèches avec chambre à compostage, etc.

– En ce qui concerne gestion naturelle des eaux grises, il existe plusieurs fonctionnements dont deux, majoritairement documentés: la pédo-épuration et l’épuration par filtres plantés. Les eaux grises sont répandues dans le sol à très faible profondeur dans des zones végétalisées.

La pédo-épuration consiste à infiltrer les eaux grises dans la couche superficielle des sols plantés. Les eaux grises vont pour une partie être absorbées par les végétaux, pour l’autre rejoindre à échéance les nappes d’eaux souterraines. Les matières organiques qui chargeaient ces eaux grises vont se déposer dans le sol et y être consommées par la pédofaune et la pédoflore.

Il vous faudra donc connaître la nature de votre sol et sa perméabilité. Ensuite, se pencher sur l’étude du dimensionnement de votre installation et l’entretien de ce système. Il faudra soit creuser des tranchées ou construire un massif d’infiltration sur votre terrain et mettre en place le système.

Les enjeux principaux sont de ne pas rejeter les eaux grises dans le milieu aquatique (par ruissellement ou infiltration) et de bien dimensionner son système de façon à éviter que les eaux stagnent (odeurs, moustiques).

L’épuration par filtres plantés répond aux mêmes enjeux que la pédo-épuration. L’idée soulevée est d’utiliser les capacités filtrantes de certains végétaux (roseaux par exemple). L’eau grise est acheminée et épurée par les plantes à travers un systèmes de bassins successifs (par horizontalité ou verticalité).

> Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter la page des Ressources pour trouver la documentation nécessaire et/ou contacter les membres du Réseau RAE.

– Si vous êtes en Zone d’Assainissement Collectif : aujourd’hui, la réglementation en vigueur oblige les habitations construites sur une Zone d’Assainissement Collectif à être connectées au réseau commun d’acheminement des eaux usées (tout à l’égout). Il reste toujours possible d’installer des toilettes sèches en complément chez soi tant que la liaison des toilettes à eau avec le réseau du tout à l’égout est maintenue. Néanmoins, il faut prendre connaissance des conditions de mise en place des toilettes sèches, qui sont les mêmes que pour l’établissement des toilettes sèches sur une Zone d’Assainissement Non-Collectif.

– Si votre habitat est situé sur une Zone d’Assainissement Non-Collectif : vous êtes tenus de mettre en place un système de traitement des eaux usées : toilettes sèches avec compostage, phytoépuration, micro-station d’épuration, fosse septique… Si vous décidez d’installer des toilettes sèches, il faudra veiller à respecter les conditions réunies dans la page Ressources Réglementation. Votre système de traitement des usées est susceptible d’être inspecté par le Service Public d’Assainissement Non-collectif (dit SPANC), service que vous pouvez solliciter en amont de votre projet : renseignez-vous auprès de votre mairie.

La phytoépuration et les toilettes sèches sont considérées aux yeux de la loi comme des installations d’assainissement autonomes à part entière. Elles peuvent être soumises à une inspection du SPANC (Service Public d’assainissement Non-collectif) qui viendra vérifier la conformité de l’installation vis-à-vis de plusieurs facteurs (environnementaux, sanitaires, voisinage…).

La pédo-épuration et l’épuration par filtres plantés ne sont pas « conformes à la loi » telles quelles. En effet, l’épuration écologique permet de traiter les eaux grises (encore appelées eaux ménagères) séparément alors que les systèmes d’épuration « conventionnels » ne font pas la distinction entre les eaux grises et les eaux vannes (eaux des toilettes) et traitent toutes les eaux de manière conjointe. Cependant, il est très simple de défendre ce point de vue auprès du SPANC : un traitement spécifique pour les eaux grises tel que le proposent la pédo ou phyto-épuration ne constitue pas un danger ni pour l’environnement ni pour la santé.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page Ressources Réglementation.

Vous pouvez consulter notre page Ressources dans laquelle vous pourrez retrouver une documentation conséquente sur l’assainissement écologique: livres, articles, guides pratiques, vidéos pédagogiques…

Vous pouvez également cliquer sur notre page Partenaires. Cette page recense différents acteurs de l’assainissement écologique qui mettent à disposition leurs connaissances pour le plus grand nombre.

RAE : Réseau Assainissement Écologique

Si la question de l’assainissement écologique vous intéresse et que vous souhaitez faire vivre votre expérience au sein d’une association militante, vous pouvez remplir le formulaire d’adhésion du RAE ou nous contacter pour obtenir davantage d’informations.

Pour toutes autres questions, vous pouvez nous contacter par le formulaire de contact,

ou

Par e-mail à cette adresse : contact@reseau-assainissement-ecologique.org.